RSS

Chapitre 3


~Songe d’une nuit désirée~

Le lendemain matin, après une bonne nuit de sommeil, Ran émergea de ses songes.

- Ouahhhh….c’est déjà le matin fit-il en baillant.Se levant, il enleva le drap qui le recouvrait.

J’ai dormi comme une souche. Ca faisait bien longtemps que je n’avais pas aussi bien dormi de toute ma vie. Tiens ! Comment se fait-il que je sois dans ma chambre ? C’est étrange ? Pourtant, je me souviens qu’hier soir je me suis écroulé de fatigue sur le canapé. Alors comment me suis-je retrouvé dans mon lit ?

Au même moment, la porte s’ouvrit et Kaname fît son apparition, tenant un plateau à la main. Il était vêtu d’un peignoir noir brodé à ses initiales et ses cheveux mouillés ruisselaient sur sa nuque. Entrant dans la chambre, il s’asseya au bord du lit.

- Tu es enfin réveillé? Bonjour ! Bien dormi ?
- Que fais-tu ici ?
- Ce que je fais ici ? N’est-ce pas naturel de rendre visite à celui qui partage ma vie ? Tiens, voici ton petit déjeuner. J’ai cuisiné les choses que tu aimes. Dit-il d’une voix sérieuse, qui contrebalançait avec son attitude nonchalante.

Le plateau était rempli de mets tous plus délicieux les uns que les autres. On pouvait en déduire que c’était un petit déjeuner de style européen composé de jus d’orange, de café dont les arômes embaumaient toute la chambre, de pancakes, de fraises finement coupées, de pain tout juste toaster et fumant, ainsi que d’œufs sur le plat. Ce plateau était le reflet de la perfection de Kaname, montrant ainsi son aptitude culinaire digne des plus grands chefs étoilés et c’était avec une aisance déconcertante qu’il réalisait les plats les plus raffinés de ce monde.Un peu énervé, Ran lui demanda des explications sur sa présence en ces lieux.

- Ce n’est pas de cela que je parle ! Pourquoi es-tu ici ?! Je t’ai déjà dit de ne pas venir ici à l’improviste ! Imagine un peu que quelqu’un t’aperçoive !
- Il faisait nuit et personne n’a remarqué ma présence. Allez, arrêtons de parler de ça et prends ton petit déjeuner.
- Kaname !! Tu n’es vraiment pas sérieux ! Tu sais pourtant à quel point il est important que nous restions discrets et ce qu’il risque de nous arriver si cette situation venait à se savoir !! S’écria-t-il d’un ton exaspéré.

Kaname déposa le plateau sur la table de chevet qui se trouvait à côté. Il saisissa Ran par le bras et le plaqua sur le lit pour le faire taire d’un baiser des plus passionnés, anéantissant ainsi sa résistance face à lui.

- Kanam-…hm.

Le jeune paysagiste se retrouva allongé sur le dos, encore tout habillé sur les draps de satin bleu marine qui bordaient son lit. En effet, par peur de le réveiller la veille au soir, son amant n’osa pas le changer. Mais ce matin, le riche héritier n’avait pas les mêmes préoccupations et n’allait pas se contenter d’un simple baiser.
Tout en le maintenant fermement sur le lit, Kaname glissa ses mains audacieuses sous ses vêtements et caressa ses tétons. En constatant l’effet produit, il décida de passer à la vitesse supérieure. Pour cela, il jugea bon de se débarrasser des vêtements de Ran, ainsi que de son peignoir qui n’était pour lui qu’une entrave. Dévoilant ainsi  sa partie intime ainsi que son magnifique torse qui semblait être sculpté dans du marbre. Puis, d’une main il saisit le drap afin de recouvrir leurs deux corps.
Se mettant pincer ses tétons de plus en plus fort, il décida rapidement de les lécher. En peu de temps, ils se mirent à pointer sous l’effet de l’excitation de Ran. Voyant cela, Kaname les mordilla tout en continuant à les lécher. Il avait un visage des plus érotiques que personne ne laisserait indifférent.

Je n’arrive pas à y croire !! Je viens à peine de me réveiller, que je suis déjà dans cet état-là ! Je passe mon temps à lui crier après, au vu de son comportement indécent. Et là, je me laisse aller sous ses caresses sans soucier en m’abandonnant complètement au plaisir. Je ne me reconnais plus! Pensa Ran.

- Ran ? Qu’y a-t-il ?
- Rien. Rétorqua t-il, embarrassé par cette situation.

Kaname remarqua son état d’embarras dont il essaya de dissimuler son érection à l’aide d’un drap. Découvrant cela, Kaname ne put s’empêcher d’esquisser un petit sourire amusé, tout en soulevant le drap.

- Mais…qu’avons-nous-là ? Dit-il tout en empoignant le sexe de son amant.

Les yeux remplis de larmes, il laissa échapper quelques gémissements malgré les murs fins de son appartement et ses voisins qui risquaient de les entendre. Kaname tapota de ses doigts à plusieurs reprise son gland, laissant alors sortir un doux décile.

- Ran, regarde comme c’est humide.
- Non..pas ça ! Dit Ran, en cachant sa honte à l’aide de ses mains. Ne regarde pas, c’est embarrassant.
- Qu’est-ce qu’il y a de si embarrassant à cela ? Demanda-t-il d’une voix posée, tout en lui écartant les jambes et frôlant l’entrée de son intime.
- C’est embarrassant parce que c’est toi ! Je ne veux pas que tu me voies comme ça.
- Toi alors! Un jour, tu me tueras !

Devant un tel élan d’innocence de sa part, Kaname ne put patienter plus longtemps. Ne prenant pas la peine de préparer Ran comme à son habitude, il le pénétra sans attendre avec fougue.

- ça fait mal ! S’écria t-il à l’encontre de son compagnon, qui n’avait pas l’air de prendre en compte sa douleur.
- Patiente encore un peu, cela ne devrait plus faire mal. Je l’ai presque entièrement entré.
- Ah…non ! ça rentre en moi !
- Encore un peu de temps…elle y sera, c’est rentré ! Comment te sens-tu ? Lui demanda-t-il d’une voix suave, le front en sueur.
- Je suis en train de fondre.
- Laisse-moi t’aimer d’avantage.

Kaname se mit donc à effectuer ses premiers mouvements tout en s’assurant de ne pas blesser son amant.
Ran sentait son amour monter en moi, envahir son corps, pénétrer sa chair et faire trembler tout son être.

- Ah ! Je suis enfin en toi ! J’en ai tellement rêvé, tu n’imagines pas à quel point ce fut un supplice de te regarder dormir toute la nuit, là, allongé à côté de moi sans défense et ne rien pouvoir te faire.

Tout au long de l‘acte sexuel, Ran et Kaname ne cessèrent de s’embrasser pour se témoigner leur amour.

******

Quelques temps plus tard, étant toujours en pleins ébats, essoufflé, Ran ne parvenait pas à finir ses phrases sous l’effet du plaisir.

- Mon amour, c’est bon ?
- Oui.
- Tu me voulais à ce point ? Demanda-t-il d’un ton moqueur.
- Je…vais…jouir.

Puis, son compagnon mit sa main sur son sexe, qui d’un coup la referma sur celui-ci en le serrant fermement, pour ainsi l’empêcher de jouir.

- Qu’est-ce que tu…tu…fais ? lâche.tu me fais mal.

Mais pourquoi fait-il cela au moment où je suis sur le point de jouir ?! Ça l’amuse tant que ça de me faire rougir de honte ?!

Tout en gardant sa main fermement repliée sur son sexe, Kaname lui lança en pleine figure.

- Je suis le seul ! Je suis le seul à avoir le droit d’apprécier ta beauté si sensuelle !
- Ne montre jamais ce visage à aucun homme ! Tu m’as bien entendu Ran ? Si tu devais montrer un tel visage à un autre, j’en mourrais de jalousie ! Allez, montre-moi que tu as bien compris tout ce que je viens de te dire !
Kaname voulait une preuve d’amour de son conjoint qu’il lui montre sa dévotion et toute son affection pour lui. Mais ce qu’il désirait le plus, c’était surtout affirmer sa supériorité et son contrôle sur son amant.

- S’il te plaît. Le supplia t-il en se trouvant à califourchon sur lui, dont son corps transpirait et se cambrait sous l’effet du désir de plus en plus intense.
- Je ne te lâcherais que lorsque j’aurais entendu, ce que je veux entendre. Dit-il d’un ton narquois.
- Il n’y a que toi qui a le droit de me faire cela.

A l’écoute de ces simples mots, il accéléra la cadence.

- J’ai atteint ma limite, jouissons ensemble. Dit Kaname, en desserrant sa main.
- Ah…ah…ahaaaaa !! Dirent-ils ensemble, en poussant un cri de jouissance.

Essoufflés par les efforts qu’ils venaient de fournir, les deux amants s’allongèrent en tentant de reprendre leurs respirations. Puis, Kaname attrapa le drap qu’il avait précédemment jeté par terre lors de leurs ébats amoureux et recouvrit leurs corps nus qui transpiraient, afin de ne pas attraper froid.

Ah, j‘ai cru mourir !
C’était à peine croyable ! Je venais de faire l’amour avec mon amant, qui un peu plus tôt m’avait mis en colère. Tout ça à cause de son comportement désinvolte ! Pensa Ran.

Se redressant légèrement, Kaname se pencha délicatement au-dessus de lui pour l’embrasser tendrement. C’est ainsi que pendant quelques instants, ils échangèrent de doux baisers.

-  Je t’aime plus que quiconque sur cette terre ! Dit-il tout en m’attirant vers lui, dont son corps était encore chaud.
- Kaname. Répondit-il tout en le regardant, droit dans les yeux.

Rouge de honte après sa déclaration, Ran blottit sa tête à la place qui lui était dédiée. C’est à dire au creux de son épaule, afin de cacher son visage. Il savait y faire avec les mots. Au même moment, le réveil se mit à sonner et son amant se leva en s’écriant.

- Tu vas être en retard à ton travail. Lève-toi ! Mange un morceau et file à la douche ! Car aujourd’hui, je ne tiens pas à être tenu pour responsable si tu arrives en retard !
- J’ai tout mon temps puis qu’aujourd’hui, c’est mon jour de congé. Donc, je vais rester à la maison et me reposer.
- Ah bon ? Je n’étais pas au courant ?
- J’ai voulu te le dire hier soir, mais j’étais trop fatigué.
- Cela veut dire que l’on va sortir aujourd’hui.
- Hein ?! Sortir ? Comment ça ? Et ton travail ? Dit-il d’un air étonné, en me levant et cachant son sexe à l’aide des draps.
- Je n’y vais pas ! Je vais appeler le bureau pour annuler tous mes rendez-vous et me consacrer entièrement à toi. Aujourd’hui, c’est décidé ! C’est une sortie en amoureux ! Dit-il d’un air catégorique et tout content de l’avoir rien que pour lui pour cette journée, qu’il ne manquerait pour rien au monde !
- Je t’ai déjà dit que je ne pouvais pas sortir avec toi ! Imagine que…

A peine eut-il le temps de finir ma phrase, qu’il répliqua aussitôt afin que Ran ne puisse faire obstacle à son plan.

- Je sais ! Mais il y a un endroit où je veux t’emmener.
- Où ça ?
- C’est une surprise! fit-il tout en mettant un doigt sur ses lèvres, pour le faire taire et ainsi accentuer le mystère entourant sa surprise.

Puis, Kaname se dirigea vers la salle de bain.

- Attends ! Réponds-moi ! L’implora t-il, en se levant et lui tendant une main comme pour le retenir.

L’entendant l’appeler, Kaname se retourna.

- Fais attention, sinon cela risque de couler partout sur le plancher !
- Hein ? Couler ?demanda t-il, étonné par ses propos.

Soudain, alors qu’il se tenait debout totalement nu et les jambes très légèrement écartées, un liquide blanchâtre et visqueux sortit de ses fesses et se mit à dégouliner le long de ses jambes.

Il est venu en moi ! Je pensais qu’il avait utilisé un préservatif ! Pensa t-il.

Devant une telle scène, son amant ne put s’empêcher d’avoir un grand sourire aux lèvres.

- Tu n’as donc aucune pudeur !
- Wouahhhh!!! Cria t-il rouge de honte, en se précipitant sur le lit pour se cacher sous les draps.
- Tu es vraiment adorable, Ran. Dit-il, d’un air amusé par son comportement bien pittoresque à ses yeux.
- Va-t-en !! Pervers ! Vieux lubrique ! Dit-il en lui lançant les deux oreillers qui se trouvaient sur le lit.

Tout en éclatant de rire, Kaname gagna la salle de bain en évitant les projectiles lancés précédemment, qui désormais prenaient poussière par terre. Quant à Ran, il disparut complètement sous les draps emplis de honte.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

Association des Loisirs en ... |
Ethdikejin |
Fréjus - Plage : Location s... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | monponeyKasba
| Le petit train de la Portan...
| Kayaks - Fabrication et vente